Épisode 6- Dr WILLIAM MUSTARD

03 avril 2018

Épisode 6- Dr WILLIAM MUSTARD

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Dr Mustard a obtenu son diplôme médical de l’Université  de Toronto en 1937. Son passage dans l’armée Canadienne lui a valu le titre de l’Empire britannique (MBE).

Il débute sa profession médicale en tant que chirurgien au Toronto’s Hospital for Sick Children en 1947. Il est ainsi qualifié de chirurgien novateur.

 

Tôt dans les années 1950, il y a exposition de la problématique de la chirurgie cardiaque : pour réparer le cœur, il faut le mettre au repos, c’est-à-dire l’arrêter. Cet arrêt cardiaque est mortel, car il entraîne une cessation de la circulation du sang qui elle, est essentielle à la vie des organes.

 

En 1951, il expose le concept qu’une chirurgie « à cœur ouvert » peut être exécutée sans arrêt de la circulation. Ce problème est résolu au moyen d’une pompe à côté du patient qui « bypass » le cœur et les poumons.

Son montage comprend une pompe, des tuyaux de plastique, un système d’oxygénation prouvé et 4 poumons de primate. Ces 4 poumons de singes préparés et prélavés sont placés les uns à la suite des autres.

 

Le mécanisme ressemble à ceci : le sang quitte le corps du patient par des tubes qui se font compresser par une pompe circulaire. Lemécanisme de cette pompe compresse les tuyaux qui prennent le sang veineux, peu oxygéné, le pousse dans les poumons de singes puis retourne le sang oxygéné au patient.

 

Le premier patient âgé à peine d’un an et demi est amené en chirurgie cardiaque pour fermer un trou entre les deux ventricules, soit une communication interventriculaire (CIV). Il décèdera sur la table d’opération.

Le deuxième patient est amené pour le même problème. Celui-ci décèdera à la salle de réveil pas plus de 2 heures après la chirurgie.

 

Encouragé par ce « progrès »..., il poursuivra chez 10 patients qui subiront tous le même sort. Ce procédé est donc abandonné.

 

L’hypothèse expliquant de si mauvais résultats viendra de 2 sources :

·        Le sang du patient interagit avec le poumon de singe et une réaction s’en suit;

·        Il est impossible de contrôler l’équilibre entre le sang qui sort et qui entre du patient, causant des chutes de pression ou des surcharges en liquide.

 

Le 11 décembre 1987, Dr Mustard décède d’un infarctus du myocarde à l’âge de 73 ans. Ce dernier a été intronisé au temple de la renommée médicale Canadienne en 1995.