Épisode 3- Dr DWIGTH HARKEN

19 janvier 2018

Épisode 3- Dr DWIGTH HARKEN


Dwight Emary Harken, chirurgien de formation, né aux États-Unis en 1910.

Après l'obtention de son doctorat à l'université Harvard, au Massachusetts, il acquiert une formation postdoctorale à Londres il sert dans le Corps médical des Forces armées des États-Unis pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Pendant cette guerre, l’ennemi utilise un projectile particulièrement qui porte le nom de  son inventeur au 18e siècle, le Major General Henry Shrapnel.

Dans ce projectile se trouvent de petites billes de plomb.

L’explosion du projectile lance ces billes et fragments métalliques dans toutes les directions. Ces petits « missiles » pénètrent toutes les parties du corps comme une pluie de minuscules projectiles.

Une atteinte au coeur signifiait une mort certaine. Si le blessé ne mourrait pas vidé de son sang, l’infection l’emportait.

 

Harken connaissait le principe de réparation d’une plaie cardiaque décrite par le Dr Rehn.

Il lui faut tout un tour de force pour faire accepter la procédure chirurgicale par ses supérieurs du US Army Corps of Surgeons. Il passera à l’action grâce au soutien du British Royal College of Surgeons.

Le 6 juin 1944, une date mémorable puisque c’est également le Jour du Débarquement, il retire un fragment métallique du ventricule droit.


Sa technique est de mettre un doigt sur le site du saignement cardiaque après que le projectile  ait été retiré et de faire une couture tout autour. Chaque point d’aiguille est fait au moment où le cœur se relaxe.

Dr Harken devient ainsi le premier « chirurgien cardiaque » à remporter des succès répétés avec cette technique. Près de 130 soldats survivront à un retrait cardiaque de projectiles de scharpnel pendant la guerre.

Il publie son étonnant succès dans le American Heart Journal,en juillet 1946.

 

Il cite le philosophe grecs de l'antiquité, Aristote, qui avait écrit: « Seul le cœur de tous les viscères ne peut tolérer une blessure sérieuse ». Puis, photos à l’appui , il poursuit, « L'exhortation: ne toucher pas au cœur », vieux de deux millénaires, est dès lors rayé de la médecine.

 

A son retour de la guerre, il s’installe à Boston, Massachusetts. Son prochain défi est « la sténose de la valve mitrale ».

Sa technique chirurgicale est de pratiquer une ouverture sur l’oreillette gauche. De là, il a accès à la valve mitrale lui permettant de l’ouvrir à l’aide d’une lame fixée à son doigt. Une fois l’ouverture de la valve mitrale agrandie, il ne lui reste qu’à refermer l’oreillette de la même façon que lors de l'intervention du retrait des projectiles de schrapnel.

Cette façon de faire n’est pas un succès. Après 6 décès, il renonce à l’idée. Il mentionne « Primum non nocere », « D'abord ne pas faire mal ».

Il poursuit en disant : « Aucun homme responsable continuerait avec un tel fiasco ».

 

Il n’y a que les fous qui ne changent pas d’idée!

La visite d’un cardiologue ; Lawrence Brewsher Ellis, lui fait changer d’idée. Ce dernier l'insite à apprendre de ces décès et à les mettre à profit.

C'est lors d'un septième tentative qu'il réussira, moins d’une semaine après le succès du Dr Charles Bailey.

Le manuscrit de la description de sa chirurgie a été publié rapidement, la même année dans un journal bien connu encore de nos jours, le « New England Journal of Medecine ».

Il faut mentionner qu’à l’époque, l’éditeur en chef, Dr Joe Garland est un bon ami du Dr Harken. Cette relation d’amitié a grandement accéléré le processus de publication.

D'autre part, la première chirurgie de sténose mitrale exécutée par le Dr Charles Bailey a été publiée l’année d’après.

Quand on est à la recherche de l’innovation, tous les moyens sont permis.

Dr Harken dira à propos de cette situation : « Que l’on accorde la priorité à la première opération ou à la première publication, est une question d’opinion personnelle.

 

Il tentera d'utiliser la même technique pour réparer la valve aortique. Les constatations lui ont vite fait comprendre qu’il n’y avait rien de comparable entre l’entrée par l’oreillette gauche et l’entrée par le ventricule gauche… La pression sanguine est fortement plus élevée dans le ventricule gauche.

 

Il décède des suites d’une pneumonie en 1993.

 

Il aura été l’inventeur des unités de soins intensifs. La première unité a vu le jour en 1951.

 

 

 

Articles connexes

Épisode 2- Dr ELLIOT CUTLER

26 novembre 2017

Épisode 2- Dr ELLIOT CUTLER

Son plan consiste à faire une petite incision au bas de l’oreillette gauche pour lui permettre de couper une partie du rétrécissement de la valve mitrale.

Lire plus
Épisode 1- Dr LUDWID REHN

25 novembre 2017

Épisode 1- Dr LUDWID REHN

Dr Ludwid Rehn est considéré par certain comme le père de la chirurgie cardiaque

Lire plus
INTRODUCTION À L'HISTOIRE DE LA CARDIOLOGIE

24 novembre 2017

INTRODUCTION À L'HISTOIRE DE LA CARDIOLOGIE

Rétrospectives des nombreux développements de la cardiologie sur mes années de pratique.

Lire plus