VENTRICULOGRAPHIE ISOTOPIQUE

29 avril 2018

VENTRICULOGRAPHIE ISOTOPIQUE

 

Une mesure de la capacité de pompage du cœur

Il s’agit d’un examen effectué pour évaluer la contraction du muscle cardiaque et mesurer sa capacité à pomper le  sang.

Cette information peut être requise par votre médecin dans différentes conditions comme par exemple, après un infarctus, avant et pendant certains traitements de chimiothérapie ou si vous souffrez d’essoufflement.

 

Ça prend un rendez-vous

Vous devez prendre un rendez-vous pour cet examen.

 

Préparation

Aucune préparation n’est requise. Il n’est pas nécessaire d’être à jeun ni de cesser vos médicaments.

Si vous êtes enceinte, croyez l’être ou si vous allaitez il faut nous aviser avant même de faire l’examen.

 

Pas d’effets indésirables

Le marqueur n’a pas d’effet secondaire.

Même s’il est légèrement radioactif pour quelques heures, il est sans danger pour vous et votre entourage. Il sera éliminé par votre corps  dans les heures qui suivent.

 

Vous devez aviser si :

Si vous êtes enceinte, croyez l’être ou si vous allaitez, il faut en aviser le personnel technique dès votre arrivée.

 

Un examen en deux parties

Il comprend 2 parties : d’abord le marquage d’un échantillon de sang et ensuite la prise d’images.

 

Comment ça se passe

A votre arrivée, vous serez pris en charge par le personnel technique.

Un petit cathéter en plastique est installé dans une veine du bras, habituellement au pli du coude.

Ce sera la seule piqure nécessaire pour tout l’examen.

 

D’une dure maximale d’une heure

L’ensemble de l’examen durera environ 1 heure en tout.

 

Qu’est-ce que le marquage du sang?

On procèdera ensuite à une injection dans ce cathéter d’une petite dose d’un médicament qui va préparer les globules rouges du sang à recevoir un marqueur  radioactif.

Ce médicament est sans effet secondaire. On le laisse agir 15 à 20 minutes.

Une fois ce temps écoulé, on utilise à nouveau le petit cathéter en place, pour y retirer une petite quantité de sang avec une seringue.

Cette seringue contient un marqueur liquide légèrement radioactif.

 

Une petite pause pendant que le sang ce fasse « marquer »

Il y aura ensuite un temps d’attente d’environ 15 minutes pour permettre le marquage des globules rouges.

Le marqueur liquide « s’attache » aux globules rouges du sang retiré et va permettre d’imager le mouvement du sang dans le cœur. De cette façon, on peut calculer l’efficacité de la pompe cardiaque.

 

Puis on réinjecte le sang prélevé

Une fois le marquage des globules rouge de cet échantillon fait, le sang sera  réinjecté par le cathéter.

Le cathéter sera ensuite retiré.  

En préparation pour les photos

Maintenant que le sang est marqué, on vous demande de retirer les vêtements du haut du corps et de mettre  une jaquette.

Les images se font à l’aide d’une caméra spéciale (gamma) en position couchée sur le dos et les bras levés au-dessus de la tête.

Le technologue va d’abord coller 3 petits capteurs électriques (électrodes) sur la peau du thorax comme celles utilisées lors d’un électrocardiogramme.

Cela va permettre à la caméra de synchroniser les images qu’elle va capter avec le rythme de votre cœur.

Une première prise de photos

Une première série d’images est obtenue durant une dizaine de minutes et va permettre à l’appareil de produire une image d’un battement cardiaque représentant la moyenne de plusieurs centaines de vos battements.

C’est sur cette image que le médecin spécialiste en médecine nucléaire va faire le calcul de la capacité de pompage de votre cœur.

 

 

Puis une deuxième séance

Une seconde série d’images d’environ 15 minutes est aussi faite alors que les détecteurs de la caméra tournent autour de vous. Il n’y a pas de danger de contact car ces appareils sont dotés de systèmes de sécurité anticollision.

Cette deuxième partie permettra de créer une image en 3 dimensions de votre cœur et évaluer sa capacité de se contracter région par région.

 

Puis c’est terminé

Une fois ces étapes terminées, le technologue va enlever les électrodes au thorax et vous demander  d’aller vous rhabiller. Vous pourrez ensuite quitter et reprendre vos activités normales.

 

Vous pouvez demander une copie pour un autre médecin 

Vous pouvez demander qu’une copie du résultat soit envoyée à un autre médecin.

Il vous suffit simplement de remettre le nom et les coordonnés de ce médecin au personnel. Vous pouvez le faire, soit au début ou à la fin de l’examen.

 

Si vous quittez le pays le même jour…

Par contre, si vous prévoyez traverser un poste frontalier cette journée là ou le lendemain, il est possible que les douaniers détectent cette radioactivité et vous interpellent.

Dans ce cas, on vous demande de le signifier au technologue afin qu’il vous remette un document destiné aux douaniers expliquant cette radioactivité.

 

Que fait-on avec ces images

Même si plusieurs données sont mesurées par ordinateur sur ces images, la plus importante est la mesure de la fraction d’éjection du ventricule gauche c’est-à-dire le pourcentage de sang que le côté gauche du cœur pousse en circulation à chaque battement.

Ce chiffre est habituellement de plus de 50%.

 

A propos des photos

Voici ce que le médecin de médecine nucléaire voit:

L’autre élément important est l’évaluation du mouvement de chaque section du cœur en 3 dimensions.

Aussi bien dire, que l’on laisse ce spécialiste se comprendre avec ce genre de photos!

 

La force de cet examen

La force de cet examen est sa précision pour mesurer en chiffre la fraction d’éjection du ventricule gauche peu importe votre corpulence.

Il n’est toutefois pas approprié pour évaluer les petits détails du cœur comme le fonctionnement des valves ou des artères du cœur par exemple.