TEMPÊTE DE NEIGE

11 décembre 2017

TEMPÊTE DE NEIGE

 

Impact d’une bordée de neige sur le cœur

Dans le milieu médical et surtout en cardiologie, on associe souvent une tempête de neige à une recrudescence des consultations en salle d’urgence pour des problèmes cardiaques. Et la pelle est habituellement pointée du doigt comme grande responsable de ces problèmes!

S’agit-il d’un mythe ou d’une réalité?

Impact de l’environnement

L’arrivée d’une tempête de neige est une entrée en matière idéale pour tenter de cerner l’impact de l’environnement sur les maladies cardiovasculaires.

Il n’y a encore pas si longtemps, le lien reliant environnement et santé cardiovasculaire n’était pas clairement démontré. Aujourd’hui, la démonstration est plus évidente. Il n’existe plus de doute à l’effet que les chaleurs intenses ont un impact sur les décès liés au cœur.

Impact d’une tempête de neige

Mais qu’en est-il d’une bonne tempête de neige?

Un groupe de médecins chercheurs du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) a actualisé les résultats d’une étude portant sur l’impact qu’une tempête de neige peut avoir sur la crise cardiaque et les décès associés.

Les moyens utilisés pour analyser cette relation pourraient être résumés ainsi : les chercheurs ont commencé par recenser le nombre d’infarctus ou de décès survenus quotidiennement sur une période de près de 35ans dans les hôpitaux du Québec!

Les jours et la durée des tempêtes

Ils ont ensuite mis en parallèle les données de ce recensement et les jours de tempête de neige. Dans ce tableau comparatif, ils ont alors précisé la durée des tempêtes et les centimètres de neige tombés au sol.

 

En d’autres mots, ils ont cherché à savoir si davantage d’infarctus ou de décès liés au cœur survenaient les jours de tempête ou les jours suivants.

Plus d’infarctus et décès reliés chez les hommes

Résultat? Plus d’infarctus et de décès liés à des crises cardiaques sont survenus dans la population masculine le jour suivant une tempête de neige par rapport aux autres jours.

De surcroît, les chercheurs ont noté que plus une tempête s’étend sur plusieurs jours, plus le nombre d’infarctus et de décès liés à des crises cardiaques s’accroît!

Pas plus d’évènements chez les femmes

Les lendemains de tempête de neige n’ont pas démontré d’augmentation des évènements au sein de la population féminine.

Pelletage est en cause?

Ce constat ne fait pas état du pourquoi mais on présume que le pelletage est une explication plausible.

Il est possible que les corvées de pelletage soient davantage réservées aux hommes ou que les femmes les font plus doucement.

Lendemains matins de tempête difficiles

En général, c’est au lendemain matin d’une tempête de neige qu’on sort les pelles. Les gens sont pressés de se débarrasser des congères formés par le vent et par l’accumulation de neige. C’est le genre de corvée qu’on souhaiterait voir complétée avant même de l’avoir commencée…

Or, le déneigement n’est pas une petite affaire pour le cœur.

Impact sur le cœur

Quel est donc l’impact du pelletage sur le cœur?

De prime abord, l’effort demandé fera augmenter la fréquence cardiaque et la tension artérielle pour répondre à la demande supplémentaire d’oxygène des muscles en action.  Ces augmentations seront d’autant plus importantes si le pelleteur ne fait pas régulièrement de l’exercice physique.

De surcroît, le froid a comme effet de faire contracter les vaisseaux qui lui sont exposés… On comprend aisément que cet effet n’aide en rien, bien au contraire, la pompe qui est au centre de la poitrine!

Cœur, pompe et moteur de circulation

Cette pompe est également un muscle. Elle carbure à l’oxygène comme tous les autres muscles du corps. L’augmentation de la  fréquence cardiaque, l’augmentation de la pression artérielle et l’effet de la constriction des artères exposées au froid augmentent ses besoins en oxygène comme la consommation d’essence d’une voiture qui va vite, qui est équipée d’un gros moteur et dont l’aérodynamisme laisse à désirer.

Tout y est pour la rupture de plaque

Il est donc évident que pelleter de la neige représente un effort cardiovasculaire exigeant. Cette situation est propice à la rupture d’une plaque de cholestérol dans les artères coronaires, menant à une crise cardiaque, voire à un décès.

Tous les hommes sont concernés

L’étude démontre que les infarctus et les décès associés au pelletage ne surviennent pas davantage en présence d’autres facteurs de risque connus tels que le tabagisme, l’hypertension artérielle ou le diabète pour ne nommer que ceux-là.

Donc, attention, tout le monde est concerné!

Petit risque additionnel

Cependant, il convient de relativiser puisqu’il s’agit d’un risque augmenté et non pas d’une épidémie prévisible!

En d’autres termes, si on recense habituellement trois infarctus lors de journées sans tempête, il pourrait y en avoir quatre, le lendemain d’une bordée de neige. Au nombre d’individus qu’on retrouve avec une pelle entre les mains, le risque additionnel est petit, mais… il est présent.

Néanmoins, ce risque peut être modifié…

Du calme devant le banc de neige

Les hommes doivent apprendre à se calmer lorsqu’ils ont une pelle entre les mains et un banc de neige devant eux!

Il faut commencer par prévoir du  temps dans son horaire pour le pelletage, au lendemain d’une tempête. Le rythme doit être ralenti. Comment? Si le souffle manque au point où toute conversation est difficile à soutenir, il est clair que le rythme de pelletage est trop rapide.

Vaut mieux prévenir que guérir

Rappelons-nous que la prévention demeure le meilleur traitement!

Les habitudes de vie doivent être modifiées. L’arrêt du tabac est impératif. Il est tout aussi important de faire de l’exercice régulièrement. Il faut aussi prendre de bonnes habitudes alimentaires ainsi que prendre le contrôle de l’hypertension artérielle et du diabète pour les personnes concernées.

 

La prévention demeure le meilleur traitement!

http://www.cmaj.ca/content/cmaj/189/6/E235.full.pdf