COMPRENDRE L'EFFET DU CORONAVIRUS SUR LE POUMON

COMPRENDRE L'EFFET DU CORONAVIRUS SUR LE POUMON

Le coronavirus s’attaque d’abord aux voies respiratoires et particulièrement aux cellules du poumon. Le degré d’infection varie d’une personne à l’autre. Autrement dit, les conséquences pour certains seront minimes sans symptôme notable alors que pour d’autre elles pourront être très importantes et même mortelles dans certains cas.

La maladie causée par le coronavirus est appelée Covid-19. 

Voici un texte qui permet de comprendre pourquoi cette maladie peut, dans les cas graves, compromettre l’oxygénation du corps humain et sa fonction de le débarrasser du gaz carbonique (CO2) produit par les cellules.

 

Les conséquences d’un manque d’oxygène

Nous savons tous que le manque d’oxygène dans le sang altère la fonction des différents organes du corps humain jusqu'à atteindre un degré de dommages irréversibles amenant le décès.

 

 

Les conséquences d'une accumulation de gaz carbonique

L’accumulation du gaz carbonique dans le sang empoisonne ces mêmes organes en acidifiant le sang, si on peut dire.

 

La fonction respiratoire du poumon

La compréhension des conséquences possibles de l’infection à coronavirus, la Covid-19, demande une revue de la fonction respiratoire du poumon.

 

Comprendre la structure du poumon

Voyez les poumons comme deux éponges. Ils sont composés d’une multitude de petits sacs d’air appelés alvéoles. Il y en a plus de 600 millions dans les poumons.

 

Qu’est-ce qu’une alvéole?

Une alvéole possède un diamètre de 0,2 mm et sa paroi est munie d’une très mince couche de cellules. Les capillaires pulmonaires recouvrent l’ensemble des alvéoles.

Une alvéole ressemble à un ballon. Sa surface extérieure est recouverte de capillaires. Sa surface intérieure est tapissée de minces cellules pulmonaires appelées pneumocytes. Les capillaires et les pneumocytes sont séparés par une « feuille » microscopique. Cette structure permet les échanges de gaz carbonique et d’oxygène de façon extrêmement efficace.

 

Les cellules du poumon, les pneumocytes, sont les cibles

Les pneumocytes sont les cibles du coronavirus; le virus s'accroche à leur surface et les pénètre. Une fois à l'intérieur, le virus prend le contrôle des cellules.

La cellule est une véritable industrie. Elle possède tout ce qui est nécessaire à la fabrication des différentes protéines du corps humain propre à sa fonction.

 

Une industrie pour la fabrication du coronavirus

Donc, le virus est maintenant à l'intérieur de la cellule, laquelle il a déjà imprégnée du matériel génétique requis pour la fabrication d'une quantité innombrable de virus.

La cellule est industrieuse et, peu après, regorge de virus à un point tel qu'elle éclate et libère ces nouveaux virus qui vont se loger dans d'autres cellules.

La réplication se poursuit.

 

Un intrus dans la maison!

Lorsque le pneumocyte est infecté, le corps reconnaît que quelque chose ne va pas… Un intrus est présent!

 

Le combat débute et l’inflammation s’installe

Le corps réagit à cette infection par de l’inflammation. Les cellules de combat arrivent sur les lieux pour absorber les virus et les détruire. Mais ces derniers sont en surnombre. Plus de cellules seront appelées sur les lieux. L’enflure apparaît.

Le corps humain n'a pas les anticorps nécessaires pour vaincre rapidement. La lutte sera plus longue et moins efficace. Pendant ce temps, l’enflure peut devenir importante.

 

Le passage devient difficile pour l’oxygène et le gaz carbonique

Imaginez une bonne entorse à la cheville. L’enflure peut être tellement importante qu'il est difficile de reconnaître la forme de la cheville.

Maintenant, visualisez cela au niveau de la feuille microscopique entre les cellules pulmonaires et les capillaires. L’oxygène et le gaz carbonique qui passaient facilement à travers la séparation microscopique entre l’air et le sang doivent maintenant le faire à travers une surface plus épaisse. Celle-ci peut devenir un vrai mur et ne pas permettre ce passage.

Le patient manque d’air, il étouffe. Sa respiration s’accélère et une fatigue peut survenir. Un surplus d’oxygène peut devenir nécessaire et, dans les cas plus graves, un respirateur artificiel est indispensable.

 

Le respirateur

La respiration peut être tellement difficile qu’elle devient un travail important. La fatigue s’installe et la situation s’aggrave.

Un respirateur ou une assistance respiratoire améliore l'oxygénation du patient et lui permet de se reposer. L'appareil pousse l’oxygène dans les poumons, aide à garder les alvéoles bien ouvertes et soutient le patient jusqu'à ce que la guérison du poumon permette son retrait.

Le respirateur artificiel a tout de même ses limites. Il ne remplace pas le poumon. Dans la situation où la maladie est telle que les échanges d’oxygène et de gaz carbonique ne sont plus possibles, l’hypoxémie et l’accumulation de gaz carbonique compromettront les fonctions vitales et le décès sera inévitable.

 

La prévention est la mère de tous les traitements

Il est vrai que la majorité des personnes aux prises avec la maladie à coronavirus ou COVID-19 s'en remettront sans trop de peine. Cependant, d’autres auront besoin de soins, d’un support ventilatoire ou en décèderont.

Le meilleur traitement demeure la prévention :

  • tousser, éternuer dans son coude,
  • se laver les mains souvent et correctement,
  • respecter la distanciation sociale,
  • au mieux, rester chez soi.

 

Faites le calcul

Dans le cas où une personne qui a contracté le coronavirus le transmet à 2 personnes et que celles-ci le communiquent à 2 autres individus et ainsi de suite…

 À la dixième séquence, cette même première personne est responsable de la contamination de 1 024 personnes. La conséquence est pire encore si le taux de mortalité est de 3 %, ce qui équivaut à plus de 30 décès.

Gardez vos distances et rappelez les règles de base aux gens qui vous entourent.